Guillaume De Ridder brille au Rallye de Wallonie !

DSC_0484

L’an dernier, une pierre avait troué son radiateur et l’avait empêché de rejoindre l’arrivée du Rallye de Wallonie. Cette fois, rien ni personne n’est venu entraver la marche en avant de Guillaume De Ridder dans la région de Namur. Pour son troisième rallye seulement au volant d’une Mitsubishi Lancer Evo9, le jeune Nivellois de 21 ans a encore une fois démontré ses capacités. Excellent 13e du classement général et meilleur représentant du groupe N, Guillaume avait toutes les raisons de sourire !

Dimanche en fin de journée, au moment de passer sur le podium d’arrivée de ce 31e Rallye de Wallonie, Guillaume De Ridder pouvait se montrer satisfait du devoir accompli. «Tout s’est passé à la perfection», résumait-il. « J’avais beaucoup de choses à découvrir et, avec mon copilote Kurt Declerck, nous sommes partis avec l’unique objectif de rejoindre l’arrivée. Malgré ça, les chronos ont été plus que corrects puisque nous avons rapidement pris la tête de la classe N4 et que nous sommes peu à peu remontés dans le classement général, au point de terminer à une superbe 13e place. Toutes les voitures qui terminent devant nous étaient clairement plus performantes que notre Mitsubishi Lancer Evo9. Il n’y avait donc tout simplement pas moyen de faire mieux ! »

Expliquée comme ça, la performance semble limpide, presque facile. Et pourtant ! Ce serait oublier en effet que Guillaume ne disputait que son deuxième Rallye de Wallonie, une épreuve où l’expérience et la connaissance du parcours jouent un rôle important. « Il y avait forcément une très grande différence entre ma Ford Fiesta R2 de l’an dernier et cette Mitsubishi Lancer Evo9 », expliquait le jeune Nivellois. « Avec presque 300 chevaux et ses quatre roues motrices, la Mitsubishi est beaucoup plus rapide… Mais aussi beaucoup plus lourde ! Il faut donc s’adapter, notamment en allongeant les zones de freinage. Et puis, il faut aussi apprivoiser la vitesse. A de nombreux endroits du parcours, nous dépassions allègrement les 200 km/h. Sur des routes étroites de campagne, ça reste impressionnant… Mais on s’y habitue assez vite ! »

Frappé par la malchance lors du TAC Rally, où un bris de moteur avait mis fin prématurément à sa prestation, Guillaume sait que sa marge de progression est encore très importante. « Si je veux m’améliorer, il faut que je roule beaucoup », estime-t-il. « Seuls les kilomètres parcourus en spéciale me permettront de progresser. J’ai donc choisi une approche assez conservatrice. Sur l’ensemble de ce Rallye de Wallonie, je ne me suis pas fait une seule frayeur ! J’ai démarré en douceur puis j’ai haussé le rythme, sans forcer. Quand on compare mes chronos lors de la première et de la dernière boucle du samedi, on constate que j’ai gagné environ 50 secondes sur 4 spéciales. C’est énorme ! Ca démontre une belle progression et c’est la preuve que je me sens de plus en plus à l’aise au volant de cette Mitsubishi parfaitement préparée par l’équipe Aldero. »

De quoi aborder la suite avec optimisme… Même si Guillaume sait que la prochaine étape sera encore un fameux morceau ! « Lors du Sezoens Rally, à Bocholt, je vais devoir apprendre à rouler sur la terre puisqu’il y a de longues portions sur cette surface », rappelle-t-il. « Comme je ne serai pas à Ypres pour cause d’examens scolaires, je voudrais finir ma première demi-saison sur une bonne note. J’aborderai donc

l’épreuve avec l’ambition première de rejoindre l’arrivée pour parfaire mon expérience. Mais si un bon résultat devait suivre, je ne m’en plaindrais évidemment pas ! »

 

Cette entrée a été publiée dans News le par .