Apprendre, apprendre et encore apprendre !

News1

Au terme d’une première saison complète au volant d’une Ford Fiesta R2, Guillaume De Ridder s’attaque déjà à un nouveau défi. Cette année, c’est au volant d’une puissante Mitsubishi Lancer Evo9 d’environ 300cv que le jeune Nivellois disputera le Championnat de Belgique des rallyes. Lors de l’épreuve d’ouverture, samedi dernier dans la région de Landen, Guillaume a d’emblée démontré ses facultés d’adaptation. Sa 16e place finale, conséquence de deux crevaisons, ne reflète pas du tout son réel niveau de performance.

Alors qu’il vient de fêter ses 21 ans, Guillaume De Ridder a prouvé l’an dernier qu’il apprend vite et bien. Pour sa première saison complète en rallye, cet ancien kartman de haut niveau a peu à peu appris à déjouer les pièges des épreuves routières. Après s’être sans cesse rapproché des références dans le Ford Fiesta SportTrophy, le Nivellois pensait repartir pour une coupe de promotion et le championnat de Belgique Junior cette année. Il n’en sera finalement rien… « Mon premier but était de disputer le Peugeot 208 Rally Trophy », explique le finaliste du volant RACB National Team. « Mais les budgets demandés pour rouler avec cette voiture étaient trop importants. Nous avons donc préféré changer d’orientation et nous avons décidé de disputer un maximum d’épreuves avec une Mitsubishi Lancer Evo9 Groupe N. Avec ses 300cv et ses quatre roues motrices, cette monture exige un pilotage différent, mais nous sommes convaincus que c’est une manière d’accélérer mon apprentissage du rallye. En disputant toutes les manches du Championnat de Belgique, je pourrai aussi accumuler les kilomètres et parfaire mon expérience. Ce sera l’objectif principal cette année… même si j’espère pouvoir de temps à autre signer un coup d’éclat. »

Comme le veut la tradition, c’est dans la région de Landen, à l’occasion du Haspengouw Rally, qu’a débuté le championnat national samedi dernier. En réalisant un fantastique 5e chrono dès la première spéciale, Guillaume surprenait d’emblée tous les observateurs avisés. Mais la réussite n’allait pas rester de son côté. « Cette première spéciale était couverte de boue et vraiment très glissante », expliquait-il. « J’y ai roulé très prudemment… Mais il faut croire que c’était la bonne approche. Ensuite, j’ai été frappé deux fois par une crevaison, ce qui nous a obligé à changer de roue en spéciale. Tout espoir de bon résultat s’était donc déjà envolé… »

Avec comme seul objectif de rejoindre l’arrivée, Guillaume poursuivait son apprentissage, non sans signer de nouveau quelques chronos plus qu’intéressants. « Je me suis très souvent retrouvé dans le sillage direct du Néerlandais Van Ballegooijen, qui disposait lui aussi d’une Mitsubishi Groupe N et qui a finalement terminé au 6e rang. Sans mes deux crevaisons, j’aurais probablement terminé mon premier rallye en Mitsubishi à la 7e place. Mais bon, ça ne sert à rien de refaire l’histoire… Et puis, le plus important est d’avoir rejoint l’arrivée et d’avoir déjà beaucoup appris. »

Team-manager de l’équipe Aldero, qui prépare la Mitsubishi Lancer Evo9 de Guillaume, Alain Depierreux ne tarissait pas d’éloges sur son nouveau protégé. « Il m’a vraiment étonné », affirmait-il. « Outre son 5e chrono dans la première spéciale, il est très souvent rentré dans le top 10 avec des 7e ou des 8e temps. Dans certains secteurs chronométrés, il était très proche de Jonas Langenakens, qui dispose d’une Mitsubishi Groupe A, ou d’Antoine Van Ballegooijen, deux pilotes bien plus expérimentés que lui. De plus, je dois reconnaitre qu’il n’a vraiment pas eu de chance avec ses deux crevaisons car j’ai analysé les jantes et je n’y ai pas remarqué le moindre coup. »

C’est donc avec un mélange d’impatience et de sérénité qu’Alain entrevoit la suite de la saison. « Ce garçon a du talent, c’est une certitude ! », sourit le préparateur. « Faire ce qu’il a fait à 21 ans seulement et avec une seule saison de rallye derrière lui, c’est impressionnant. Je pense qu’on reparlera de lui en cours de saison. Plus il va rouler et mieux il se sentira au volant de la voiture. C’est vraiment de bon augure ! »

Après cette première étape en Hesbaye, c’est dans la région de Tielt, en Flandre Occidentale, que Guillaume poursuivra son apprentissage à l’occasion du TAC Rally, le 12 avril prochain. Le rendez-vous est déjà pris !

 

Cette entrée a été publiée dans News le par .